Plasma de Quinton

Le plasma marin de Quinton a été inventé par un biologiste français, René Quinton, au début du XXème siècle. Cette solution, qui existe sous une forme isotonique et sous une forme hypertonique, provient d’un prélèvement d’eau marine entre 10 et 30 mètres de profondeur dans des zones de mouvements tourbillonnaires et est purifiée par une microfiltration à froid. Cette invention a été inspirée à Quinton par son observation de la ressemblance entre le milieu extracellulaire, le plasma sanguin et l’eau de mer.(1)
La différence entre le plasma de Quinton et le sérum physiologique proviendrait de la présence de nombreux oligo-éléments et minéraux.
Aujourd’hui, le plasma de Quinton n’est pas considéré comme un médicament, mais comme un complément alimentaire, après avoir perdu son autorisation de mise sur le marché en 1975. Le plasma de Quinton originel n’est plus vendu que par une seule société, basée en Espagne, prétendant que le plasma de Quinton parvient à reconstituer la cellule endommagée. On peut acheter du plasma de Quinton en France par le biais de sites internet.
Le plasma de Quinton est proposé dans le traitement des allergies, de l’eczéma, du psoriasis, de troubles digestifs, du stress, des douleurs chroniques, des fatigues physiques ou mentales. Il est recommandé chez les sportifs pour améliorer l’endurance et la récupération.
Les travaux de Quinton sont critiqués, notamment en ce qui concerne l’absence de fondement scientifique de sa méthode thérapeutique. Aussi, selon d’autres auteurs, l’eau de mer qui serait une bonne source de santé se trouverait à une profondeur supérieure à 200 mètres (2)
La recherche bibliographique apporte peu de preuves de l’efficacité du plasma de Quinton. On retrouve une étude publiée par le laboratoire producteur du plasma de Quinton (3). Une revue de la littérature confirme l’intérêt de l’irrigation nasale à basse pression et grand volume, avec une efficacité accrue avec l’utilisation d’eau de mer non diluée, non spécifiquement avec du plasma de Quinton(4). Une étude de niveau de preuve faible montre une certaine efficacité de l’eau de mer dans le traitement de la sècheresse oculaire, sans différence avec le plasma de Quinton (5).
Il est à noter que l’absorption d’eau salée augmente le risque d’hypertension artérielle (6), et est déconseillée en cas de problème thyroïdien, rénal ou cardiaque.
Enfin, en cette période de réchauffement climatique entraînant une diminution de l’accès à l’eau potable (7), il est indispensable de se poser des questions quant aux conséquences sanitaires de la consommation d’eau salée, ainsi que sur les moyens et techniques à utiliser pour rendre l’eau marine potable (8).

(1) Quinton R. « L’eau de mer, milieu organique », Masson 1904, Paris : 530 pages
(2) Mohd Nani SZ et coll. “Potential health benefits of deep sea water: a review”, Evid Based Complement Alternat Med 2016, doi:10.1155/2016/6520475.
(3) Alberola J et Coll F “Marine therapy and its healing properties”, Curr Aging Sci 2013; 6(1):63-75.
(4) Bastier PL et coll “Nasal irrigation : from empiricism to evidences-based medicine. A review”, Eur Ann Otorhinolaryngol Head Neck Dis 2015;132(5):281-283.
(5) Diaz-Llopis M et coll « A randomized multicenter study comparing seawater washes and carmellose artificial tears eyedrops in the treatment of dry eye syndrome”, Clin Ophtalmol 2019;13:483-490.
(6) Talukder MR et coll. « Drinking water salinity and risk of hypertension : a systematic review and meta-analysis”, Arch Environ Occup Health 2017 ; 72(3) : 126-138.
(7) Allison EH et Basset HR « Climate change in the oceans : human impacts and responses”, Science 2015;350(6262):778-782.
(8) Gude VG « Desalination and sustainability – An appraisal and curret perspective”, Water Res 2016;89:87-106.

Plasma de Quinton

Vous pourrez aussi aimer